Références

Pôle Aménagement, Espaces et Equipements Publics

Accessibilité du presbytère et de l’église – Rouffach – 2015

Deux lieux emblématiques de Rouffach sont concernés par des enjeux d’accessibilité et d’entretien du patrimoine. L’ADAUHR a été sollicitée pour évaluer les mesures à entreprendre afin de mettre aux normes l’accessibilité du presbytère et de l’église paroissiale Notre-Dame.

 

Le Presbytère, du contexte aux objectifs de mise en accessibilité.

Le presbytère est installé dans le bâtiment dit « du Grand Chapitre de Strasbourg », formé de plusieurs corps accolés, formant une double équerre, dont la construction paraît s’échelonner de la fin du XVIème siècle à 1778. Le presbytère dispose de plusieurs entrées, dont la principale est un passage charretier pavé, en légère pente vers l’est et traversant d’ouest en est le corps central du bâtiment. Depuis ce passage, le public accède à différentes salles :

  • une grande salle aménagée au cours des années 1980 à 90 dans un ancien cellier, où le sol est plus bas de deux marches que celui du passage ;
  • un ensemble de locaux plus petits, desservis par un couloir dont le sol est surélevé de trois marches par rapport à celui du passage.

Plusieurs solutions peuvent être envisagées notamment l’installation d’un élévateur, le comblement des marches, la création d’un cheminement par le jardin. Le coût a été évalué, selon les solutions retenues, entre 78 000 à 102 000 € HT, hors frais de maîtrise d’oeuvre et autres prestations intellectuelles.

 

L’église Notre-Dame

Classée Monument Historique dès 1841, cette église paroissiale médiévale a connu de multiples campagnes de construction du XIème au XVIème siècle voire jusqu’au XIXème siècle. La restauration des voûtes et des enduits intérieurs et l’amélioration du confort des usagers sont à prévoir. Concernant les voûtes, la hauteur importante de l’édifice et la configuration du monument nécessitent la définition et la mise en place de moyens adaptés, qui constitueront une part importante du coût des interventions. S’agissant de travaux de réparation, leur maîtrise d’oeuvre devra être assurée par un architecte qualifié « architecte du patrimoine » au titre de l’art. R.621- 26 du code du Patrimoine. Les travaux ne pourront être entrepris qu’après autorisation de l’autorité administrative au titre des art. L.621-9 et R.621-11 à 13 du code du Patrimoine.

 

Accès et confort des usagers

Une seconde préoccupation de la Ville porte sur le confort des usagers. L’accès usuel à l’édifice se fait par une petite porte latérale munie d’un sas. Il existe un dispositif analogue en façade nord. La façade ouest dispose d’un grand portail. Ces trois accès sont équipés de balisage de secours et sont donc décomptés au nombre des issues destinées à l’évacuation du public en cas d’alerte ou de sinistre. Le portail ouest gothique est équipé de menuiseries d’allure néo-classique, pouvant remonter au début du XIXème siècle. Cet ensemble comporte deux ouvrants et un panneau d’imposte supérieur fixe. Elles ne sont pas étanches et laissent passer des courants d’air, source d’inconfort pour le public. La Ville souhaiterait par conséquence équiper cet accès d’un sas intérieur.

 

Accessibilité PMR 

Les dimensions des ouvrages actuels semblent en effet insuffisantes pour offrir à des personnes en fauteuil un espace réglementaire de retournement et de manoeuvre de portes. Des accès existants, le moins difficile à aménager paraît être l’accès sud, dont le seuil est au niveau de la place. Un emplacement de stationnement PMR pourrait aisément être délimité à proximité et le sol repris entre cet emplacement et la porte. Une rampe placée dans la nef permettrait de compenser la dénivellation. Tous ces ouvrages devraient également être conçus de façon réversible, compte tenu de la classification de ces édifices en Monument Historique.